Guest post : L’expérience de trois semaines d’étude intensive à la midrasha Nishmat, Jérusalem.

Née en Allemagne, Esther Chaix a d’abord étudié le droit public à Paris avant d’entamer un Master 2 d’histoire du droit afin de se spécialiser dans cette matière. Ses projets, dans un futur proche, sont d’approfondir ses connaissances en Torah notamment en Talmud afin de pouvoir devenir Yoetzet Halakha et de s’établir de façon permanente en Israël. Esther Chaix est une lectrice régulière du blog modern orthodox mais possède aussi son propre blog (http://estherjewishlife.wordpress.com).

 

       429366-123177084477660-672448469-n1-2589030Ce billet n’a pas pour but de débattre de la possibilité pour les femmes d’étudier la Torah, le sujet ayant déjà été traité sur ce blog ; ce billet a pour but d’apporter un témoignage personnel de ce qu’est étudier à haut niveau.

J’ai choisi de passer trois semaines à l’institut d’études avancées pour femmes durant le mois d’Eloul (septembre) pour plusieurs raisons. Tout d’abord, a l’avantage d’être situé à Jérusalem qui est à mon avis la meilleure ville pour étudier la Torah. Deuxièmement, accueille de nombreux programmes ayant différents buts mais toutes les étudiantes ont un but commun : grandir dans l’étude de la Torah pour devenir meilleures et pouvoir s’impliquer dans la vie religieuse, de trouver une véritable place au sein de la communauté. De plus, ne s’adresse pas seulement aux jeunes filles qui viennent de passer le bac mais également à celles qui ont déjà un diplôme universitaire ce qui dans mon cas me convient parfaitement.

La hashkafa de Nishmat est sans contexte modern-orthodox. Les étudiantes sont plus qu’encouragées à étudier à haut niveau c’est-à-dire non seulement le ‘Houmash mais également le Nakh et bien sûr la mishna et la Guemara font partie du seder de l’étude journalière. Les enseignantes ont des formations tant en kodesh qu’en ‘hol d’un niveau soutenu et les jeunes filles venues pour étudier ont suivi, suivent ou suivront des études universitaires ce qui est vivement encouragé par les enseignants.

L’étude est intense, 8h30 de cours par jour et il y a bien entendu la possibilité d’étudier encore plus le soir en ‘havrouta ou simplement de son côté dans le Beth Midrash (extrêmement bien fourni) qui est ouvert toute la journée et toute la nuit.

Les sujets abordés durant ce programme de trois semaines durant Eloul étaient centrés sur les fêtes de Tishri, Rosh hashana, Yom Kippour et Soukkot. Les thèmes étudiés ont été les suivants : en ‘houmash l’akeidat its’hak, en Nach le livre de Yona, en Mishna, les lois concernant Rosh hashana et Yom Kippour, en Halakha les halakhot concernant Rosh hashana, Yom Kippour et Soukkot, les cours de Tefila étaient centrés sur les Slikhot et la prière pendant les dix jours de repentance mais également sur la question de savoir pourquoi l’on prie. En plus d’étudier les sources dans le texte (en hébreu), de nombreux enseignantes se sont également appuyé sur les enseignements du rav Y.D. Soloveitchik, notamment son ouvrage « On repetance »(al hateshouva).

 

Étudier à ce niveau lorsqu’on n’a aucun bagage dans l’étude de la Torah n’a pas été évident. Ça m’a demandé des efforts constants tous les jours mais plusieurs raisons m’ont persuadé que ces efforts n’étaient pas faits en vain. Par exemple, lorsque tout le monde interrompt son étude quelle qu’elle soit car une fille vient d’annoncer qu’elle est fiancée et il faut donc danser pour fêter cet événement, ou encore le dévouement de tout le corps enseignant qui ne se contente pas seulement d’enseigner une discipline mais s’assure que chacun progresse , trouve sa place dans l’étude de la Torah mais qui est également disponible pour répondre à toute question personnelle et n’hésite pas à prendre sur son propre temps pour cela.

Un des ponts marquants de mon séjour à Nishmat a évidemment la célébration des Sli’hot dans le Beth Midrash avec toutes les étudiantes de la midrasha. Moment très fort, très solennel mais également un moment d’intense partage et de joie lors des danses après les Sli’hot.

Je ne peux pas choisir un moment parmi tous les moments extraordinaires que j’ai vécu en trois semaines à Nishmat, chaque journée ayant apporté son lot de petits bonheurs simples.

Néanmoins, trois semaines d’étude intense à Nishmat, Jérusalem, m’ont de nouveau prouvé que, si on le souhaite, tout est possible. Il suffit juste d’en avoir le courage, la volonté et de persévérer.

Pour plus d’informations sur Nishmat, voir le site internet de la midrasha (hebreu et anglais) : http://www.nishmat.net/

________________________________________

IMPORTANT:Le blog possède une page facebook. J’utilise cette page pour partager les nouveaux articles du blog mais aussi d’autres liens intéressants. J’invite tout le monde à la rejoindre en tapant « le blog modern orthodox » dans le moteur de recherche de Facebook ou en cliquant ici. N’oubliez pas de cliquer sur « Like » !

________________________________________

Print Friendly, PDF & Email